Lectures de la messe du jour

Lecture du livre de l’Exode

Le troisième mois qui suivit la sortie d’Égypte, jour pour jour,les fils d’Israël arrivèrent dans le désert du Sinaï.    C’est en partant de Rephidim qu’ils arrivèrent dans ce désert,et ils y établirent leur campjuste en face de la montagne.    Le Seigneur dit à Moïse :« Je vais venir vers toidans l’épaisseur de la nuée,pour que le peuple, qui m’entendra te parler,mette sa foi en toi, pour toujours. »Puis Moïse transmit au Seigneur les paroles du peuple.    Le Seigneur dit encore à Moïse :« Va vers le peuple ;sanctifie-le, aujourd’hui et demain ;qu’ils lavent leurs vêtements,    pour être prêts le troisième jour ;car, ce troisième jour, en présence de tout le peuple,le Seigneur descendra sur la montagne du Sinaï. »

    Le troisième jour, dès le matin,il y eut des coups de tonnerre, des éclairs,une lourde nuée sur la montagne,et une puissante sonnerie de cor ;dans le camp, tout le peuple trembla.    Moïse fit sortir le peuple hors du camp, à la rencontre de Dieu,et ils restèrent debout au pied de la montagne.    La montagne du Sinaï était toute fumante,car le Seigneur y était descendu dans le feu ;la fumée montait, comme la fumée d’une fournaise,et toute la montagne tremblait violemment.    La sonnerie du cor était de plus en plus puissante.Moïse parlait,et la voix de Dieu lui répondait.    Le Seigneur descendit sur le sommet du Sinaï,il appela Moïse sur le sommet de la montagne.

            – Parole du Seigneur.

Refrain psalmique : (Dn 3, 52)

À toi, louange et gloire éternellement !

Béni sois-tu, Seigneur, Dieu de nos pères : R/

Béni soit le nom très saint de ta gloire : R/

Béni sois-tu dans ton saint temple de gloire : R/

Béni sois-tu sur le trône de ton règne : R/

Béni sois-tu, toi qui sondes les abîmes : R/

Toi qui sièges au-dessus des Kéroubim : R/

Béni sois-tu au firmament, dans le ciel, R/

Acclamation : (cf. Mt 11, 25)

Alléluia. Alléluia. Tu es béni, Père,Seigneur du ciel et de la terre,tu as révélé aux tout-petits les mystères du Royaume !Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,    les disciples s’approchèrent de Jésus et lui dirent :« Pourquoi leur parles-tu en paraboles ? »    Il leur répondit :« À vous il est donné de connaîtreles mystères du royaume des Cieux,mais ce n’est pas donné à ceux-là.    À celui qui a, on donnera,et il sera dans l’abondance ;à celui qui n’a pas,on enlèvera même ce qu’il a.    Si je leur parle en paraboles,c’est parce qu’ils regardent sans regarder,et qu’ils écoutent sans écouter ni comprendre.    Ainsi s’accomplit pour eux la prophétie d’Isaïe :Vous aurez beau écouter, vous ne comprendrez pas.Vous aurez beau regarder, vous ne verrez pas.    Le cœur de ce peuple s’est alourdi :ils sont devenus durs d’oreille,ils se sont bouché les yeux,de peur que leurs yeux ne voient,que leurs oreilles n’entendent,que leur cœur ne comprenne,qu’ils ne se convertissent,– et moi, je les guérirai.    Mais vous, heureux vos yeux puisqu’ils voient,et vos oreilles puisqu’elles entendent !    Amen, je vous le dis :beaucoup de prophètes et de justesont désiré voir ce que vous voyez,et ne l’ont pas vu,entendre ce que vous entendez,et ne l’ont pas entendu. »

            – Acclamons la Parole de Dieu.

Evangile du prochain dimanche

Acclamation : (cf. Mt 11, 25)

Alléluia. Alléluia. Tu es béni, Père,Seigneur du ciel et de la terre,tu as révélé aux tout-petitsles mystères du Royaume !Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,Jésus disait à la foule ces paraboles :    « Le royaume des Cieux est comparableà un trésor caché dans un champ ;l’homme qui l’a découvert le cache de nouveau.Dans sa joie, il va vendre tout ce qu’il possède,et il achète ce champ.

    Ou encore :Le royaume des Cieux est comparableà un négociant qui recherche des perles fines.    Ayant trouvé une perle de grande valeur,il va vendre tout ce qu’il possède,et il achète la perle.

    Le royaume des Cieux est encore comparableà un filet que l’on jette dans la mer,et qui ramène toutes sortes de poissons.    Quand il est plein, on le tire sur le rivage,on s’assied,on ramasse dans des paniers ce qui est bon,et on rejette ce qui ne vaut rien.    Ainsi en sera-t-il à la fin du monde :les anges sortiront pour séparer les méchants du milieu des justes    et les jetteront dans la fournaise :là, il y aura des pleurs et des grincements de dents. »

    « Avez-vous compris tout cela ? »Ils lui répondent : « Oui ».    Jésus ajouta :« C’est pourquoi tout scribedevenu disciple du royaume des Cieuxest comparable à un maître de maisonqui tire de son trésor du neuf et de l’ancien. »

    – Acclamons la Parole de Dieu.

 

OU LECTURE BREVE

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,Jésus disait à la foule ces paraboles :    « Le royaume des Cieux est comparableà un trésor caché dans un champ ;l’homme qui l’a découvert le cache de nouveau.Dans sa joie, il va vendre tout ce qu’il possède,et il achète ce champ.

    Ou encore :Le royaume des Cieux est comparableà un négociant qui recherche des perles fines.    Ayant trouvé une perle de grande valeur,il va vendre tout ce qu’il possède,et il achète la perle.

    – Acclamons la Parole de Dieu.

Lectures de l’office des lectures

V/ Dieu, viens à mon aide, R/ Seigneur, à notre secours.

Gloire au Père, et au Fils et au Saint-Esprit, au Dieu qui est, qui était et qui vient, pour les siècles des siècles. Amen. (Alléluia.)

Qu'il soit béni, qu'il vienne, Le Roi, notre Seigneur !Ouvrez, ouvrez vos portes, Ne fermez plus vos coeurs !Il vient à nous sans faste, Grandeur ni majesté,Vêtu comme le pauvre Dans son humilité ! Qu'il soit béni, qu'il vienne, Le Roi, notre Seigneur !Entendez-le qui parle, Sortez tous de l'erreur !Malheur à l'homme riche S'il ne veut écouterLe Christ de la Promesse Qui vient nous racheter ! Qu'il soit béni, qu'il vienne, Le Roi, notre Seigneur !Il montre à tous les humbles La face du Sauveur !A lui sont en partage La gloire et le pouvoir,Ce qu'à la fin des âges Les peuples pourront voir ! Qu'il soit béni, qu'il vienne, Le Roi, notre Seigneur !Il donne aux misérables La paix du Bon Pasteur,Il est doux. Il est humble. Son joug sera léger!Et c'est lui qui nous mène Jusqu'à la liberté !

C'est ta droite, Seigneur, qui donne la victoire.

2Dieu, nous avons entendu dire, +et nos pères nous ont raconté, *quelle action tu accomplis de leur temps,aux jours d'autrefois. 3Toi, par ta main, tu as dépossédé les nations, +et ils purent s'implanter ; *et tu as malmené des peuplades,et ils purent s'étendre. 4Ce n'était pas leur épée qui possédait le pays, +ni leur bras qui les rendait vainqueurs, *mais ta droite et ton bras, et la lumière de ta face,car tu les aimais. 5Toi, Dieu, tu es mon roi, *tu décides des victoires de Jacob :6avec toi, nous battions nos ennemis ;par ton nom, nous écrasions nos adversaires. 7Ce n'est pas sur mon arme que je compte,ni sur mon épée, pour la victoire.8Tu nous as donné de vaincre l'adversaire,tu as couvert notre ennemi de honte. 9Dieu était notre louange, tout le jour :sans cesse nous rendions grâce à ton nom.

Ne cache pas loin de moi ta face au jour où l'angoisse me tient.

10Maintenant, tu nous humilies, tu nous rejettes,tu ne sors plus avec nos armées.11Tu nous fais plier devant l'adversaire,et nos ennemis emportent le butin. 12Tu nous traites en bétail de boucherie,tu nous disperses parmi les nations.13Tu vends ton peuple à vil prix,sans que tu gagnes à ce marché. 14Tu nous exposes aux sarcasmes des voisins,aux rires, aux moqueries de l'entourage.15Tu fais de nous la fable des nations ;les étrangers haussent les épaules. 16Tout le jour, ma déchéance est devant moi,la honte couvre mon visage,17sous les sarcasmes et les cris de blasphème,sous les yeux de l'ennemi qui se venge.

Lève-toi, Seigneur, aide-nous. Ne nous rejette pas jusqu'à la fin.

18Tout cela est venu sur nous sans que nous t'ayons oublié : *nous n'avions pas trahi ton alliance. 19Notre coeur ne s'était pas détournéet nos pieds n'avaient pas quitté ton chemin20quand tu nous poussais au milieu des chacalset nous couvrais de l'ombre de la mort. 21Si nous avions oublié le nom de notre Dieu,tendu les mains vers un dieu étranger,22Dieu ne l'eût-il pas découvert,lui qui connaît le fond des coeurs ?23C'est pour toi qu'on nous massacre sans arrêt,qu'on nous traite en bétail d'abattoir. 24Réveille-toi ! Pourquoi dors-tu, Seigneur ?Lève-toi ! Ne nous rejette pas pour toujours.25Pourquoi détourner ta face,oublier notre malheur, notre misère ? 26Oui, nous mordons la poussière, notre ventre colle à la terre.27Debout ! Viens à notre aide !Rachète-nous, au nom de ton amour.

V/ Pour ton serviteur, illumine ta face. Apprends-moi tes volontés.

05 En effet, ce que nous proclamons, ce n’est pas nous-mêmes ; c’est ceci : Jésus Christ est le Seigneur ; et nous sommes vos serviteurs, à cause de Jésus. 06 Car Dieu qui a dit : Du milieu des ténèbres brillera la lumière, a lui-même brillé dans nos cœurs pour faire resplendir la connaissance de sa gloire qui rayonne sur le visage du Christ. 07 Mais ce trésor, nous le portons comme dans des vases d’argile ; ainsi, on voit bien que cette puissance extraordinaire appartient à Dieu et ne vient pas de nous. 08 En toute circonstance, nous sommes dans la détresse, mais sans être angoissés ; nous sommes déconcertés, mais non désemparés ; 09 nous sommes pourchassés, mais non pas abandonnés ; terrassés, mais non pas anéantis. 10 Toujours nous portons, dans notre corps, la mort de Jésus, afin que la vie de Jésus, elle aussi, soit manifestée dans notre corps. 11 En effet, nous, les vivants, nous sommes continuellement livrés à la mort à cause de Jésus, afin que la vie de Jésus, elle aussi, soit manifestée dans notre condition charnelle vouée à la mort. 12 Ainsi la mort fait son œuvre en nous, et la vie en vous. 13 L’Écriture dit : J’ai cru, c’est pourquoi j’ai parlé. Et nous aussi, qui avons le même esprit de foi, nous croyons, et c’est pourquoi nous parlons. 14 Car, nous le savons, celui qui a ressuscité le Seigneur Jésus nous ressuscitera, nous aussi, avec Jésus, et il nous placera près de lui avec vous. 15 Et tout cela, c’est pour vous, afin que la grâce, plus largement répandue dans un plus grand nombre, fasse abonder l’action de grâce pour la gloire de Dieu. 16 C’est pourquoi nous ne perdons pas courage, et même si en nous l’homme extérieur va vers sa ruine, l’homme intérieur se renouvelle de jour en jour. 17 Car notre détresse du moment présent est légère par rapport au poids vraiment incomparable de gloire éternelle qu’elle produit pour nous. 18 Et notre regard ne s’attache pas à ce qui se voit, mais à ce qui ne se voit pas ; ce qui se voit est provisoire, mais ce qui ne se voit pas est éternel.

R/ L'abondance de la grâce fait abonder l'action de grâce à la gloire de Dieu. Nous portons en notre corps la mort de Jésus, afin que sa vie soit aussi manifestée dans notre corps. Celui qui a ressuscité le Seigneur Jésus nous ressuscitera, nous aussi, et nous placera près de lui.

 

Que Dieu nous éclaire par la lumière de son visage(Ce commentaire fut le dernier travail d'Ambroise, quelques semaines avant sa mort.)Pourquoi détournes-tu ton visage ? Nous croyons que Dieu détourne son visage quand nous sommes dans l'affliction au point que les ténèbres recouvrent notre cœur et empêchent nos yeux de recevoir l'éclat de la vérité ! En effet, si Dieu veille sur notre intelligence et daigne visiter notre esprit, nous sommes certains que rien ne pourra nous plonger dans l'obscurité. Car le visage de l'homme est plus lumineux que les autres membres de son corps ; et, lorsque nous regardons quelqu'un, nous le découvrons s'il est inconnu, et nous le reconnaissons s'il est connu, parce qu'il ne peut échapper à notre regard. Or, combien plus le visage de Dieu éclaire-t-il celui qu'il regarde ? La belle parole de l'Apôtre, qui est vraiment l'interprète du Christ, concerne cela comme le reste, pour éclairer vos esprits par une pensée et une sentence appropriées. Il affirme en effet : Dieu a dit : Que la lumière brille au milieu des ténèbres. Et c'est lui-même qui a brillé dans nos cœurs pour faire resplendir la connaissance de la gloire qui rayonne sur le visage du Christ. Nous venons d'apprendre quel endroit de notre être reçoit la lumière du Christ. Il est en effet le rayon éternel des cœurs, et le Père l'a envoyé sur la terre pour que nous soyons éclairés par son visage. C'est ainsi que nous pouvons contempler les réalités éternelles et célestes, alors que nous étions auparavant captifs de l'obscurité terrestre. Pourquoi parler du Christ, alors que l'Apôtre Pierre a dit à l'homme boiteux de naissance : Regarde-nous ? Il regarda Pierre et fut éclairé par la grâce de la foi. Car il n'aurait pas été guéri s'il n'avait pas cru. Par conséquent, alors qu'il y avait une telle gloire chez les Apôtres, quand Zachée apprit le passage du Seigneur Jésus, il monta sur un arbre, parce que sa petite taille l'empêchait de le voir au milieu de la foule. Il vit le Christ et il trouva la lumière, il le vit, et lui, qui auparavant dérobait l'argent des autres, apporta le sien. ~Pourquoi détournes-tu ton visage ? C'est-à-dire : Bien que tu détournes de nous ton visage, cependant, la lumière de ton visage, Seigneur, est imprimée en nous. Nous le gardons en nous et il resplendit dans notre cœur, car personne ne pourrait survivre si tu détournais ton visage.

R/Christ est notre lumière, notre soleil levant ! Qui regarde vers lui resplendira, point d'ombre sur son visage. Il vient nous visiter, en lui la joie de notre cœur.

Dieu qui donnes la preuve suprême de ta puissance, lorsque tu patientes et prends pitié, sans te lasser, accorde-nous ta grâce : en nous hâtant vers les biens que tu promets, nous parviendront au bonheur du ciel.

Textes liturgiques © AELF – www.aelf.org