Lectures de la messe du jour

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens

Frères,    moi qui suis en prison à cause du Seigneur,je vous exhorte à vous conduired’une manière digne de votre vocation :    ayez beaucoup d’humilité, de douceur et de patience,supportez-vous les uns les autres avec amour ;    ayez soin de garder l’unité dans l’Espritpar le lien de la paix.    Comme votre vocation vous a tous appelésà une seule espérance,de même il y a un seul Corps et un seul Esprit.    Il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême,    un seul Dieu et Père de tous,au-dessus de tous,par tous, et en tous.    À chacun d’entre nous, la grâce a été donnéeselon la mesure du don fait par le Christ.    Et les dons qu’il a faits,ce sont les Apôtres,et aussi les prophètes, les évangélisateurs,les pasteurs et ceux qui enseignent.    De cette manière, les fidèles sont organiséspour que les tâches du ministère soient accomplieset que se construise le corps du Christ,    jusqu’à ce que nous parvenions tous ensembleà l’unité dans la foi et la pleine connaissance du Fils de Dieu,à l’état de l’Homme parfait,à la stature du Christ dans sa plénitude.

     – Parole du Seigneur.

Refrain psalmique : (Ps 18, 5)

Par toute la terre s'en va leur message.

 Les cieux proclament la gloire de Dieu,le firmament raconte l'ouvrage de ses mains.Le jour au jour en livre le récitet la nuit à la nuit en donne connaissance.

 

Pas de paroles dans ce récit,pas de voix qui s'entende;mais sur toute la terre en paraît le messageet la nouvelle, aux limites du monde.

Acclamation :

Alléluia. Alléluia. À toi, Dieu, notre louange !Toi que les Apôtres glorifient,nous t’acclamons : tu es Seigneur !Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,    Jésus sortit de Capharnaümet vit, en passant, un homme, du nom de Matthieu,assis à son bureau de collecteur d’impôts.Il lui dit :« Suis-moi. »L’homme se leva et le suivit.

    Comme Jésus était à table à la maison,voici que beaucoup de publicains (c’est-à-dire des collecteurs d’impôts)et beaucoup de pécheursvinrent prendre place avec lui et ses disciples.    Voyant cela, les pharisiens disaient à ses disciples :« Pourquoi votre maître mange-t-ilavec les publicains et les pécheurs ? »    Jésus, qui avait entendu, déclara :« Ce ne sont pas les gens bien portantsqui ont besoin du médecin,mais les malades.    Allez apprendre ce que signifie :Je veux la miséricorde, non le sacrifice.En effet, je ne suis pas venu appeler des justes,mais des pécheurs. »

     – Acclamons la Parole de Dieu.

Evangile du prochain dimanche

Acclamation : (cf. Ps 144, 9.7b)

Alléluia. Alléluia. La bonté du Seigneur est pour tous,sa tendresse, pour toutes ses œuvres :tous acclameront sa justice.Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,Jésus disait cette parabole à ses disciples :    « Le royaume des Cieux est comparableau maître d’un domaine qui sortit dès le matinafin d’embaucher des ouvriers pour sa vigne.    Il se mit d’accord avec eux sur le salaire de la journée :un denier, c’est-à-dire une pièce d’argent,et il les envoya à sa vigne.    Sorti vers neuf heures,il en vit d’autres qui étaient là, sur la place, sans rien faire.    Et à ceux-là, il dit :‘Allez à ma vigne, vous aussi,et je vous donnerai ce qui est juste.’    Ils y allèrent.Il sortit de nouveau vers midi, puis vers trois heures,et fit de même.    Vers cinq heures, il sortit encore,en trouva d’autres qui étaient là et leur dit :‘Pourquoi êtes-vous restés là,toute la journée, sans rien faire ?’    Ils lui répondirent :‘Parce que personne ne nous a embauchés.’Il leur dit :‘Allez à ma vigne, vous aussi.’

    Le soir venu,le maître de la vigne dit à son intendant :‘Appelle les ouvriers et distribue le salaire,en commençant par les dernierspour finir par les premiers.’    Ceux qui avaient commencé à cinq heures s’avancèrentet reçurent chacun une pièce d’un denier.    Quand vint le tour des premiers,ils pensaient recevoir davantage,mais ils reçurent, eux aussi, chacun une pièce d’un denier.    En la recevant,ils récriminaient contre le maître du domaine :    ‘Ceux-là, les derniers venus, n’ont fait qu’une heure,et tu les traites à l’égal de nous,qui avons enduré le poids du jour et la chaleur !’    Mais le maître répondit à l’un d’entre eux :‘Mon ami, je ne suis pas injuste envers toi.N’as-tu pas été d’accord avec moi pour un denier ?    Prends ce qui te revient, et va-t’en.Je veux donner au dernier venu autant qu’à toi :    n’ai-je pas le droit de faire ce que je veux de mes biens ?Ou alors ton regard est-il mauvaisparce que moi, je suis bon ?’

    C’est ainsi que les derniers seront premiers,et les premiers seront derniers. »

    – Acclamons la Parole de Dieu.

Lectures de l’office des lectures

V/ Dieu, viens à mon aide, R/ Seigneur, à notre secours.

Gloire au Père, et au Fils et au Saint-Esprit, au Dieu qui est, qui était et qui vient, pour les siècles des siècles. Amen. (Alléluia.)

Les voici rassemblés Dans la maison du Père, Les compagnons d'épreuveQui t'ont vu crucifié. Tu ouvrais le passage, Ils marchaient sur tes traces, O Seigneur des Vivants.Ils portaient dans leur coeur Pour éclairer le mondeLa mystérieuse image De ta gloire humiliée.Messagers d'espérance, Ils semaient ta parole Et c'est toi leur moisson.Ils ont place au festin Dans le Royaume en fête,Pour avoir bu la coupe De l'amour partagé.Tu leur montres le Père Et ta joie les habite, O Jésus, Fils de Dieu !

La parole de vérité retentit dans le monde entier : Christ est ressuscité !

2Les cieux proclament la gloire de Dieu, le firmament raconte l'ouvrage de ses mains.3Le jour au jour en livre le récit et la nuit à la nuit en donne connaissance. 4Pas de paroles dans ce récit, pas de voix qui s'entende ; 5mais sur toute la terre en paraît le message et la nouvelle, aux limites du monde. Là, se trouve la demeure du soleil : + 6tel un époux, il paraît hors de sa tente, il s'élance en conquérant joyeux. 7Il paraît où commence le ciel, +il s'en va jusqu'où le ciel s'achève :rien n'échappe à son ardeur.

Le juste trouve sa joie dans le Seigneur et proclame ce que Dieu a fait.

2Écoute, ô mon Dieu, le cri de ma plainte ;face à l’ennemi redoutable, protège ma vie.3Garde-moi du complot des méchants,à l’abri de cette meute criminelle.4Ils affûtent leur langue comme une épée,ils ajustent leur flèche, parole empoisonnée,5pour tirer en cachette sur l’innocent ;ils tirent soudain, sans rien craindre.6Ils se forgent des formules maléfiques, +ils dissimulent avec soin leurs pièges ;ils disent : « Qui les verra ? »7Ils machinent leur crime : +Notre machination est parfaite ;le cœur de chacun demeure impénétrable !8Mais c’est Dieu qui leur tire une flèche, +soudain, ils en ressentent la blessure,9ils sont les victimes de leur langue.Tous ceux qui les voient hochent la tête ;10tout homme est saisi de crainte :il proclame ce que Dieu a fait,il comprend ses actions.11Le juste trouvera dans le Seigneur joie et refuge, *et tous les hommes au cœur droit, leur louange.

Ils ont proclamé la justice de Dieu, et tous les peuples ont vu sa gloire.

1Le Seigneur est roi ! Exulte la terre !Joie pour les îles sans nombre ! 2Ténèbre et nuée l'entourent,justice et droit sont l'appui de son trône.3Devant lui s'avance un feuqui consume alentour ses ennemis. 4Quand ses éclairs illuminèrent le monde,la terre le vit et s'affola ;5les montagnes fondaient comme cire devant le Seigneur,devant le Maître de toute la terre. 6Les cieux ont proclamé sa justice,et tous les peuples ont vu sa gloire.7Honte aux serviteurs d'idoles qui se vantent de vanités !A genoux devant lui, tous les dieux !8Pour Sion qui entend, grande joie ! *Les villes de Juda exultentdevant tes jugements, Seigneur ! 9Tu es, Seigneur, le Très-Haut sur toute la terre : *tu domines de haut tous les dieux.10Haïssez le mal, vous qui aimez le Seigneur, +car il garde la vie de ses fidèles *et les arrache aux mains des impies.11Une lumière est semée pour le juste,et pour le coeur simple, une joie.12Que le Seigneur soit votre joie, hommes justes ;rendez grâce en rappelant son nom très saint.

V/ Ils ont publié l'œuvre de Dieu, ils ont compris ses merveilles.

01 Moi qui suis en prison à cause du Seigneur, je vous exhorte donc à vous conduire d’une manière digne de votre vocation : 02 ayez beaucoup d’humilité, de douceur et de patience, supportez-vous les uns les autres avec amour ; 03 ayez soin de garder l’unité dans l’Esprit par le lien de la paix. 04 Comme votre vocation vous a tous appelés à une seule espérance, de même il y a un seul Corps et un seul Esprit. 05 Il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, 06 un seul Dieu et Père de tous, au-dessus de tous, par tous, et en tous. 07 À chacun d’entre nous, la grâce a été donnée selon la mesure du don fait par le Christ. 08 C’est pourquoi l’Écriture dit : Il est monté sur la hauteur, il a capturé des captifs, il a fait des dons aux hommes. 09 Que veut dire : Il est monté ? – Cela veut dire qu’il était d’abord descendu dans les régions inférieures de la terre. 10 Et celui qui était descendu est le même qui est monté au-dessus de tous les cieux pour remplir l’univers. 11 Et les dons qu’il a faits, ce sont les Apôtres, et aussi les prophètes, les évangélisateurs, les pasteurs et ceux qui enseignent. 12 De cette manière, les fidèles sont organisés pour que les tâches du ministère soient accomplies et que se construise le corps du Christ, 13 jusqu’à ce que nous parvenions tous ensemble à l’unité dans la foi et la pleine connaissance du Fils de Dieu, à l’état de l’Homme parfait, à la stature du Christ dans sa plénitude. 14 Alors, nous ne serons plus comme des petits enfants, nous laissant secouer et mener à la dérive par tous les courants d’idées, au gré des hommes qui emploient la ruse pour nous entraîner dans l’erreur. 15 Au contraire, en vivant dans la vérité de l’amour, nous grandirons pour nous élever en tout jusqu’à celui qui est la Tête, le Christ. 16 Et par lui, dans l’harmonie et la cohésion, tout le corps poursuit sa croissance, grâce aux articulations qui le maintiennent, selon l’énergie qui est à la mesure de chaque membre. Ainsi le corps se construit dans l’amour.

R/ La sagesse de ce monde est folie devant Dieu. Ce qui est folie de Dieu est plus sage que les hommes, et ce qui est faiblesse de Dieu est plus fort que les hommes. Ouvrez vos cœurs au langage de la croix ; il vous enseigne la sagesse de Dieu, folie pour ceux qui se perdent.

 

Matthieu se leva et suivit JésusJésus vit un homme assis au bureau de la douane ; son nom était Matthieu. « Suis-moi », lui dit-il. Il le vit non pas tant avec les yeux du corps qu’avec le regard intérieur de sa miséricorde. ~ Il vit le publicain, et parce qu’il le vit d’un regard qui prend pitié et qui choisit, il lui dit : « Suis-moi », c’est-à-dire imite-moi. En lui demandant de le suivre, il l’invitait moins à marcher derrière lui qu’à vivre comme lui ; car celui qui déclare demeurer dans le Christ doit marcher dans la voie où lui, Jésus, a marché. ~ Matthieu se leva et le suivit. Rien d’étonnant que le publicain, au premier appel impérieux du Seigneur, ait abandonné sa recherche de profits terrestres et que, négligeant les biens temporels, il ait adhéré à celui qu’il voyait dépourvu de toute richesse. C’est que le Seigneur qui l’appelait de l’extérieur par sa parole le touchait au plus intime de son âme en y répandant la lumière de la grâce spirituelle. Cette lumière devait faire comprendre à Matthieu que celui qui l’appelait à quitter les biens temporels sur la terre était en mesure de lui donner dans le ciel un trésor incorruptible. ~Comme Jésus était à table à la maison, voilà que beaucoup de publicains et de pécheurs vinrent s’attabler avec lui et ses disciples. La conversion d’un seul publicain ouvrit la voie de la pénitence et du pardon à beaucoup de publicains et de pécheurs. ~ Beau présage en vérité : celui qui devait être plus tard Apôtre et docteur parmi les païens entraîne à sa suite, lors de sa conversion, tout un groupe de pécheurs sur le chemin du salut ; et ce ministère de l’Évangile qu’il allait accomplir après avoir progressé dans la vertu, il l’entreprend dès les premiers débuts de sa foi. ~ Essayons de comprendre plus profondément l’événement relaté ici. Matthieu n’a pas seulement offert au Seigneur un repas corporel dans sa demeure terrestre, mais il lui a bien davantage préparé un festin dans la maison de son cœur par sa foi et son amour ; comme en témoigne celui qui a dit : Voici que je me tiens à la porte, et je frappe : si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui et je prendrai mon repas avec lui, et lui avec moi. ~ Nous ouvrons notre porte pour le recevoir à l’appel de sa voix lorsque nous donnons notre libre assentiment à ses avertissements intérieurs ou extérieurs et quand nous mettons à exécution ce que nous avons compris que nous devions faire. Et il entre pour manger, lui avec nous et nous avec lui, parce qu’il habite dans le cœur de ses élus, par la grâce de son amour ; ainsi il les nourrit sans cesse par la lumière de sa présence afin qu’ils élèvent progressivement leurs désirs, et lui-même se nourrit de leur zèle pour le ciel comme de la plus délicieuse nourriture.

R/  Voyez quel grand amour nous est donné ! Enfants de Dieu, nous le sommes, discerné par avance dans le Fils unique. Au prix du sang qu’il a versé, Jésus nous conduit vers le Père. Nos yeux sont fixés sur la cité de fête où nous verrons le visage de Dieu. Au-delà de toute souffrance, une joie éternelle nous attend.

 

À toi Dieu, notre louange ! Nous t'acclamons, tu es Seigneur ! À toi Père éternel, L’hymne de l’univers.

Devant toi se prosternent les archanges, les anges et les esprits des cieux ; ils te rendent grâce ; ils adorent et ils chantent :

Saint, Saint, Saint, le Seigneur, Dieu de l'univers ; le ciel et la terre sont remplis de ta gloire.

C'est toi que les Apôtres glorifient, toi que proclament les prophètes, toi dont témoignent les martyrs ; c'est toi que par le monde entier l'Église annonce et reconnaît.

Dieu, nous t'adorons : Père infiniment saint, Fils éternel et bien-aimé, Esprit de puissance et de paix.

Christ, le Fils du Dieu vivant, le Seigneur de la gloire, tu n'as pas craint de prendre chair dans le corps d'une vierge pour libérer l'humanité captive.

Par ta victoire sur la mort, tu as ouvert à tout croyant les portes du Royaume ; tu règnes à la droite du Père ; tu viendras pour le jugement.

Montre-toi le défenseur et l'ami des hommes sauvés par ton sang : prends-les avec tous les saints dans ta joie et dans ta lumière.

Dans ta miséricorde inépuisable, Seigneur, tu as choisi le publicain Matthieu pour en faire un Apôtre ; donne-nous, par sa prière et à son exemple, de suivre le Christ et de nous attacher à lui fermement. Lui qui règne.

Textes liturgiques © AELF – www.aelf.org