Les commentaires sont hors de ce post

Edito du 15 janvier 2017

Voici l’Agneau de Dieu, la lumière des nations

Au cœur de chaque eucharistie, le prêtre, parlant au nom de Jean-Baptiste, présente à ses frères le corps et le sang du Christ en disant : « Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde » (Jn 1,29). Cette déclaration résonne dans l’Évangile de ce dimanche, comme un prolongement des épiphanies successives, depuis la nativité, l’adoration des mages et le baptême du Seigneur. Comme recevoir une telle parole ? Comme vivre un tel face-à-face ? Dans la joie et la force du Bon Pasteur qui est la « lumière des nations » (Is 49,6) et vient éclairer nos ténèbres et donner sens à notre vie ? Dans la gravité et la douceur de l’Agneau innocent immolé pour nos péchés, ressuscité pour notre vie ?

Cette rencontre cruciale est lumineuse car elle révèle la profondeur de notre existence, qui consiste en un appel de Dieu, appel à une vie qui a du prix aux yeux du Seigneur (comme le dit Isaïe), appel à la sainteté donnée et toujours à conquérir (comme le dit Paul). Cette rencontre est encore voilée car le Christ est caché, sous les apparences du pain et du vin, comme il demeure caché dans le sein du Père et dans l’obscurité de notre vie, y compris dans notre péché. Alors, devant cette lumière, avec Jean-Baptiste, nous confessons que nous ne le connaissons pas.

Cette lumière obscure nous révèle ainsi qui est le Christ, et qui nous sommes et nous invite à replonger dans la grâce de notre baptême, non seulement dans une purification extérieure par l’eau, mais dans un renouvellement intérieur par le don de l’Esprit. Ainsi, sur les bords du Jourdain c’est déjà l’offrande pascale du Christ, et la nôtre avec lui, qui est prophétisée et s’accomplit. De cette lumière reçue de l’Agneau nous devenons témoins. A notre tour, nous sommes établis « lumière des nations », prophètes et serviteurs de la libération du péché que vient accomplir l’Agneau. Avec Jean-Baptiste, nous désignons l’Agneau de Dieu et nous devenons agneaux, envoyés comme des brebis au milieu des loups pour participer avec le Christ à la rédemption du monde.

Père Jean-Baptiste Arnaud

 

Les commentaires sont fermés.